Wednesday, November 30, 2022

Thomas, chef pâtissier nous parle de sa passion

robot patissier guide
  • Q : Bonjour Thomas.

R : Bonjour !

  • Q : racontez-nous comment êtes-vous devenu pâtissier ?

R : Ben écoutez, je ne vais pas être original. C’est une passion qui m’a habité depuis ma tendre enfance. Quand j’avais à peine 10 ans, je suis tout le temps fourré dans la cuisine de ma maman au lieu d’aller jouer au foot avec mes copains. Et bien évidemment mes recettes préférées étaient les desserts. A 10 ans, je savais déjà faire une mousse au chocolat, des crêpes et que j’aidais ma mère à faire des meringues, des glaces. Sans surprise, j’ai tout de suite intégré une école de cuisine après mon bac.

  • Q : Donc vous avez tout de suite spécialisé dans la pâtisserie ou comme la plupart des chef cuisinier, vous avez fait le parcours classique ?

R : en général, on ne peut pas aimer la pâtisserie en détestant la cuisine. Cuisiner est une grande passion et c’est rare de voir quelqu’un aimer faire certaines recettes et détester d’autres. Tous les cuisiniers sont des grands curieux, des créatifs. Tout ça pour vous dire que bien évidemment j’ai appris d’abord la cuisine. Le parcours classique quoi. C’est après que j’ai décidé de me concentrer un peu plus pour la pâtisserie où je me sens beaucoup plus créatif.

  • Q : Pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

R : Avec le diplôme de cuisine en poche, j’ai travaillé auprès de nombreux grands pâtissiers en France et à l’étranger. J’ai travaillé dans quelques grands établissements en Espagne, au Maroc, en Italie et en Allemagne. Ensuite, je suis rentré au pays où j’ai ouvert un petit établissement dans le Sud.

  • Q : Dites-nous, quel est votre style en matière de pâtisserie ?

R : Disons que j’aime beaucoup travailler les matières fortes comme le chocolat et le café. Après, je m’adapte au goût des gens et je diversifie grandement mes recettes. Chaque saison, j’essaie de proposer de nouvelles recettes.

  • Q : qu’est ce que vous pouvez conseiller à un jeune qui veut se lancer dans le métier de pâtissier ?

R : Même s’il est tout à fait possible d’apprendre sur le tas ou de devenir autodidacte, je conseille toujours aux jeunes de suivre des cours et d’obtenir un diplôme d’études secondaires. C’est le meilleur moyen de se trouver le maximum d’opportunité parce que déjà au lycée, vous allez apprendre les bases indispensables en mathématiques. De plus, si vous envisagez de poursuivre vos études dans une école spécialisée, il vous faudra présenter un diplôme d’études secondaires. D’ailleurs, si vous vous découvrez cette passion assez tôt, n’hésitez pas à suivre des cours en cuisine ou en économie pour vous aider à prendre un bon départ dans le métier de vos rêves.

  • Q : Peut-on intégrer une école de cuisine ou une école technique pour commencer ?

R : oui, je commande vivement. Il n’y a rien de tel pour améliorer vos compétences dans le domaine de la cuisine et de la boulangerie-pâtisserie. De plus, vous allez découvrir de nouvelles techniques qui vous aideront à avancer.

  • Q : combien d’année durent les études dans une école de cuisine ?

R : en général, des études dans une école technique prendront  1 à 2 ans. Au cours de votre cursus, vous allez approfondir vos connaissances en matière de santé, de nutrition et en mathématiques.

  • Q : est-ce que le stage est indispensable ?

R : définitivement oui. Trouvez-vous un poste de stagiaire ou d’apprenti dans une boulangerie ou un supermarché près de chez vous. Là, vous allez découvrir en pratique toutes les bases du métier comme la fabrication des biscuits entre autres. Lors d’un stage dans une pâtisserie, les techniques que vous allez apprendre sont plus complexes. C’est pour cela qu’un petit stage dans une boulangerie constitue un bon départ.

  • Q : maintenant, parlons équipements. Est-ce qu’il est indispensable d’avoir un robot pâtissier chez soi lorsqu’on veut se lancer dans ce métier ?

R : à mon avis, oui. D’ailleurs, moi je n’ai pas hésité à claquer mon budget vacances dans l’achat d’un robot pâtissier. Cela m’a permis de m’améliorer et d’explorer à fond mon imagination. Et aujourd’hui, je ne regrette pas ce choix que j’ai fait. Au contraire, ça m’a permis d’avancer à mon propre rythme.